Définition : Fraude à l’impression publicitaire

La fraude à l’impression publicitaire est une forme de fraude relativement courante dans le domaine de la publicité digitale display. Le principe est de générer plus ou moins artificiellement des affichages publicitaires qui sont comptabilisés par l’adserver et donc facturés indûment à l’annonceur.

Des impressions publicitaires peuvent être générées artificiellement par des procédés techniques de type ad stacking ou par du trafic non humain. Dans certains cas, elles peuvent être réelles, mais se faire sur un site ou un environnement non acheté par l’annonceur et qui peut souvent poser des problèmes de brand safety.

Une autre forme de fraude envisageable est de vendre des impressions associées à des données fictives (intentionniste achat SUV par exemple).

Ces formes de fraude sont facilitées par les processus d’achat programmatique en RTB (ou non) qui ne sont pas toujours très transparents.

La fraude à l’impression peut également se faire par achat de trafic, dans ce cas il n’y a pas forcément fraude au sens strict du terme, mais l’annonceur peut être trompé sur la nature du trafic acheté.

La fraude aux impressions n’est qu’une des formes de la fraude publicitaire et peut éventuellement être détectée par des procédés d’ad verification.

Cette fraude à l’impression peut probablement gagner le domaine du DOOH et les autres « vieux médias » traditionnels qui se digitalisent.

Une évocation intéressante des formes et de l’ampleur de la fraude à l’impression publicitaire :