Définition : Brand safety

Dans le domaine de la publicité digitale, le terme de brand safety désigne  les pratiques permettant de s’assurer que la marque d’un annonceur n’apparaît pas dans des environnements qui pourraient présenter un risque pour son image.

Le fait de détecter et de prévenir l’affichage d’un bandeau publicitaire sur un site adulte ou neo-nazi est un exemple de problématique de brand safety. Cette problématique est présente sur Internet car des réseaux publicitaires peuvent comporter plusieurs centaines de sites et l’achat d’espace peut se faire sous forme programmatique et en aveugle (voir blind buy).

La notion de brand safety peut également être purement contextuelle et se poser sur des sites de qualité. Une compagnie aérienne  ou un acteur du toursime n’aura pas envie que ses messages publicitaires paraissent sur le site du Monde lorsque celui-ci traite d’une catastrophe aérienne.

La répartition des impressions publicitaire présentant un problème de brand safety par type de risques en 2018 (source livre blanc IAS) :



Les services de brand safety prennent la forme de codes ou scripts qui sont insérés dans les tags publicitaires des régies / réseaux ou qui accompagnent la création publicitaire. Ces scripts vont notamment permettre de détecter la présence de mots considéré comme dangereux dans l’environnement d’affichage et filtrer en conséquence les affichages publicitaire de la marque à protéger. Les procédures intègrent également des systèmes de gestion de listes noires permettant de filtrer des sites, domaines, pages ou applications mobile posant potentiellement problème.

Un service de brand safety est le plus souvent intégré dans une prestation plus large d’ad verification.

Un exemple de prestataire technologique promouvant sa solution de brand safety :



 

Les 10 mots clés ayant provoqué le plus de filtrages d’impressions publicitaires en France au 4ème  semestre 2017 selon IAS :
– terrorisme
– mort
– explosion
– bombe
– terreur
– EI
– attentat
– terroriste
– guerre
– DAESH

Initialement proposés par des prestataires de services spécialisés, les prestations de brand safety sont de plus en plus souvent intégrées dans les serveurs publicitaires et proposées par les régies / réseaux ou ad exchanges.

En 2018, Bank of America a été la première entreprise à créer un poste de « Chief Brand Safety Officer » chargé, entre autres, de s’assurer que les publicités de la marque n’apparaissent pas aux côtés de contenus pouvant nuire à son image (source).

Un exemple de ‘scandale » relatif à la brand safety relaté en 2017 par Les Echos :



 

Le regard et les pratiques de Chanel dans le domaine de la brand safety :



 

Un petit témoignage de Loreal un annonceur lui aussi par nature sensible aux enjeux de la brand safety :



 

Les types de contenus « non brand safe » selon le baromètre Adloox :



 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn