Notes et tendances EMDAY 2017 (partie 2) » Définitions marketing

Notes et tendances EMDAY 2017 (partie 2)

Après la première partie, suite et fin du compte-rendu EMDAY 2017 avec une prise de notes des plénières. Comme pour les ateliers, certaines interventions ne seront pas abordées ici car elles ne se prêtent pas à l’exercice (celles fortement basées sur des visuels par exemple) ou parce que la thématique a été récemment traitée sur le site (RGPD).

« Le pire de ma boîte spam » Charles Boone de Snipemail
Charles Boone a relevé et analysé tous les spams lui parvenant sur une période donnée. L’intervention donne un aperçu des pratiques de certains acteurs qui n’hésitent pas à multiplier à l’extrême les domaines d’envois et les adresses IP utilisés. Elle permet également, une fois de plus, de souligner les effets pervers et les dangers de certaines pratiques d’email acquisition à la performance mal maîtrisées. En effet, un ou deux annonceurs « de renom » présents dans la salle découvrent à leur grande surprise (apparemment non feinte) que, par le biais des kits email, leurs offres sont envoyées par des spammeurs notoires ou tout au moins très actifs.

« Etat des lieux 2017 de la délivrabilité » Table ronde
Différents spécialistes de la délivrabilité reviennent sur les questions habituelles relatives à cette problématique. Quelques notes prises au gré de la présentation et des débats :
– La notion de ratio texte / image idéal au sein des email n’est probablement plus aussi pertinente
– La version texte des emails est encore jugée indispensable
– L’authentification DMARC devrait être utilisée par Google
– Les FAI français n’ont pas le droit d’observer l’engagement de leurs abonnés (ouverture, clic, suppression) à l’égard des messages  et de l’utiliser pour le filtrage.
– Le taux de plaintes est surtout calculé sur les messages reçus en inbox
– Les seuils de taux de plaintes seraient de 1% chez Orange et 0,3 % chez Hotmail et AOL
– 1 annonceur sur 2 est initialement refusé dans le cadre de la certification Return Path
– Le taux d’ouverture ne serait pas pris très fortement en compte par Google / Gmail

« Deep Learning chez Photobox » Fernando Lorente
Une petite présentation intéressante de Photobox qui explique notamment comment le deep learning et la reconnaissance d’images sont utilisés pour segmenter et personnaliser les scénarios marketing. Au delà de l’usage « classique » des images uploadées en reprise éventuelle dans des emails, les contenus des photos peuvent être analysés pour segmenter la base client.

« L’art de l’email automatique » Hugo Bourgeois Fysiki / FizzUp
FizzUp est une application de coaching en condition physique basée sur un modèle freemium. L’automatisation des campagnes emails (avec les notifications) est stratégique pour lutter contre l’abandon / procrastination et pour favoriser le passage aux offres payantes. La présentation donne un aperçu très intéressant de la richesse et de la complexité des scénarios emailing automatisés qui peuvent être mis en place dans un tel environnement. On notera également la pratique qui consiste à utiliser des emails textes basiques pour coller à la logique du coach qui relance ses élèves. Des emails trop bien « léchés » pourraient nuire à la proximité ressentie. La pratique a également l’avantage de simplifier les défis de l’email responsive.

Bertrand Bathelot

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire