Définition : Snacking content

Dans le contexte d’une stratégie de marketing des contenus, l’expression de snacking content illustre le fait que dans un contexte d’infobésité, les consommateurs ou cibles B2B peuvent avoir tendance à rechercher des contenus au temps de consultation relativement courts. Ils consomment alors les contenus par petites doses à tous moments de la journée comme dans le cadre d’un comportement de snacking alimentaire.

Pour s’adapter et répondre à ce comportement, les utilisateurs de stratégies de content marketing peuvent produire des contenus courts (micro-contenus) qui facilitent leur consommation. Les longueurs des textes ou les durées des vidéos sont ainsi réduites. Cette stratégie de snacking permet de répondre également de façon corollaire à ce qui semble être une baisse du temps d’attention moyen des internautes. Selon une étude Microsoft publiée en 2015,  la capacité ou temps de concentration des internautes serait ainsi passé de 12 secondes en 2000 à 8 secondes en 2015.

La politique du snacking content peut paraître parfois moins naturelle dans le contexte spécifique du content marketing B2B où on a souvent l’habitude de produire des contenus détaillés pour faire le tour de la question et assurer sa crédibilité. Cependant, elle peut aussi s’avérer efficace car les cibles B2B sont tout autant saturées d’informations  et disposent de peu de temps disponibles. La pratique du snacking content peut alors être utilisée comme point d’entrée vers des contenus plus développés (livres blancs, webinars, etc.) ou dans une logique de content dripping.

Le snacking content est donc une forme de réponse au phénomène du content shock.

Le principe du snacking content appliqué à la communication financière et au rapport annuel :



 

Une analogie intéressante et originale entre le snacking content et la démarche consistant à apprivoiser un écureuil :