Pourquoi retrouve-t-on de plus en plus les liens mentionnés dans l’espace commentaires des publications LinkedIn ?

L’utilisateur régulier de LinkedIn l’aura peut-être remarqué, il est de plus en plus fréquent que des utilisateurs de la plateforme ayant une activité de publication et des objectifs de visibilité légitimes (notamment pour du social selling) insèrent des liens externes de manière surprenante. Ils placent en effets les liens / URL des contenus vers lesquels ils pointent dans l’espace commentaires « caché » sous leur post au lieu de le faire au sein même de ce post.

La pratique peut sembler surprenante et non ergonomique aux « non initiés » puisqu’elle force à se rendre dans l’espace commentaires afin de trouver le lien évoqué dans le post. La raison de cette pratique est cependant simple à comprendre.

Comme les autres médias sociaux avant lui, LinkedIn est obligé de gérer l’affichage des publications par un algorithme pour faire face à la montée du volume des publications sur chaque fil d’abonné (l’activité de publication s’intensifie et chaque utilisateur a un réseau de plus en plus important). Le taux de reach des publications a donc tendance à s’éroder comme cela a été le cas depuis quelques années sur Facebook ou Twitter.

Les professionnels du réseau essayent donc de « manipuler » l’algorithme de LinkedIn pour que leurs publications soient vues par la plus grande proportion possible de leurs abonnés / réseau. Le fait de placer un lien dans l’espace commentaires oblige les lecteurs du post intéressé par le lien à afficher les commentaires pour pouvoir cliquer sur ce lien. Ils sont même souvent obligés d’afficher tous les commentaires pour revenir sur le premier où se trouve le lien cherché. Cette consultation des commentaires est alors considérée comme un signe d’engagement à l’égard de la publication par l’algorithme de LinkedIn qui peut alors favoriser sa visibilité et celles des prochaines publications de l’auteur.

Il est probable que LinkedIn prenne très rapidement en compte (si ce n’est déjà fait) cette manipulation de son algorithme.