Comment fonctionnent les services d’optimisation d’envoi ou de relance d’abonnés newsletter inactifs ?

Certains services ou fonctionnalités, intégrés ou non à des plateformes d’emailing, se sont spécialisés dans l’optimisation des moments d’envoi des emails dans le cadre des pratiques classiques liées aux newsletters ou dans le cadre plus spécifique de la relance d’abonnés inactifs.

Lorsqu’il s’agit de l’optimisation des moments d’envois aux abonnés newsletters, il peut exister deux formes de pratiques d’optimisation.

La première est classique et basée sur l’A/B testing. Différents jours ou heures d’envoi sont testés pour déterminer le moment le plus propice pour un envoi unique à toute la base. On notera d’ailleurs que dans ce cas là, pour une base très importante, plusieurs heures peuvent parfois s’écouler entre le premier message envoyé et le dernier.

La deuxième pratique d’optimisation est plus élaborée et relève parfois de ce qu’on qualifie d’email intelligence. Les comportements d’ouvertures et de clics sont analysés individu par individu sur une période suffisamment étendue pour essayer de déterminer les moments les plus favorables. Une newsletter hebdomadaire n’est alors plus envoyée au même moment massivement à tous ses abonnés, mais par groupes d’envois ou même au « goutte à goutte » au moment jugé le plus favorable pour chaque individu.
D’autres techniques spécifiques ont été développées à l’origine pour des services de réactivation des abonnés inactifs mais elles peuvent également théoriquement être éventuellement utilisées pour l’ensemble d’une base d’abonnés. A l’aide d’un réseau d’éditeurs partenaires qui intègrent un tag appelant un pixel associé à un cookie, un prestataire est capable d’identifier lorsque des individus sont actifs sur Internet. Par le biais d’une pratique de cookie matching, le prestataire envoie alors pour le compte de son client un message de réactivation à un abonné newsletter inactif au moment où ce dernier semble actif sur Internet et donc plus à même de remarquer un message arrivant dans sa file de réception. Pour certains prestataires l’activité prise en compte pour le déclenchement est une simple navigation alors que pour d’autres c’est la consultation de leur messagerie et l’ouverture d’un message. Dans ce dernier cas, l’activité d’ouverture email est détectée par un tag embarqué au sein de newsletters d’éditeurs partenaires.