Définition : Vitesse d’envoi des emails

Dans le cadre des campagnes email et des solutions techniques utilisées pour leur diffusion (ESP), une vitesse d’envoi potentielle peut être revendiquée par la plateforme et exprimée en millions de messages / heure.

La capacité volumétrique d’envoi peut être une contrainte ou un point important pour certains annonceurs utilisateurs des services d’un ESP. Un spécialiste des ventes privées e-commerce gérant de très grosses bases peut par exemple vouloir éviter un trop gros décalage entre le premier message délivré et le dernier. De même, une société d’assurance ayant mis au point un système d’alerte SMS / email pour les événements climatiques peut vouloir être capable de toucher ses assurés ciblés en quelques minutes.

Coté prestataire, la vitesse d’envoi théorique est principalement déterminée par les capacités de bande passante pour l’expédition proprement dite des messages, mais elle peut également être influencée (souvent dans un degré moindre) par le processus de personnalisation / assemblage plus ou moins complexe des messages pour lesquels se sont les serveurs de traitement et d’hébergement des bases qui sont utilisées coté prestataire et parfois aussi coté client annonceur par le biais d’une API.

La vitesse d’envoi théorique annoncée par une plateforme peut cependant se traduire par une vitesse d’envoi effective plus faible constatée par l’annonceur. En effet, la capacité d’envoi est généralement annoncée de façon globale pour la plateforme et les capacités peuvent être de fait partagées par des annonceurs effectuant leurs campagnes au même moment. Par ailleurs, dans un souci d’optimisation de la délivrabilité, les ESP peuvent adapter la vitesse d’envoi des messages vers certains FAI ou webmails en fonction de leurs préconisations techniques (on parle alors de pratiques de throttling).