Définition : Social selling

Dans un contexte marketing, le terme de social selling peut prendre différentes significations selon les contextes d’usage et les utilisateurs. Si le sens général est évidemment dans tous les cas de vendre à l’aide des réseaux ou médias sociaux, les formes de pratiques « cachées » derrière l’usage du terme varient considérablement entre les contextes B2B et B2C.

La notion de vente (selling) associée à l’expression est également à géométrie très variable, car il peut s’agir de vendre directement à partir des comptes sociaux (Social commerce ou F-commerce par exemple), de simplement « pré-vendre » le produit par une présence construite ou payée sur les réseaux sociaux, de travailler une image d’expert ou d’optimiser la recommandation sociale avant et après l’achat.

Par défaut, il semble que l’expression de social selling soit en fait le plus souvent utilisée pour les pratiques de vente et prospection exercées en environnement B2B et donc sur les réseaux sociaux à usage professionnels ou mixte que sont LinkedIn et Twitter. Pour plus de détails et une définition plus complète de cette forme de social selling se reporter à social selling en B2B.

Lorsqu’il est appliqué à l’univers B2C, le terme de social selling est probablement moins précis, il peut s’agir de social commerce, de community management, d’usage des publicités sociales ou de pratiques de marketing d’influence.

On notera cependant la définition simple et classique proposée par Loic Simon fondateur du Social Selling Forum : « Le social selling c’est l’art et la manière d’exploiter les réseaux sociaux pour développer ses ventes ». En dehors de sa simplicité, cette définition a le mérite de correspondre aussi bien à l’angle généraliste B2C qu’à son usage B2B.

Pour plus de détails sur la principal usage du terme de social selling, voir social selling en B2B.