Définition : Poisson d’avril marketing

Le poisson d’avril marketing peut être défini comme la tendance des marques à créer des campagnes publicitaires spécifiques basées sur le principe du poisson d’avril.

Il s’agit de jouer la carte de la connivence avec les clients ou fans d’une marque, mais également de tenter de profiter d’un phénomène de buzz et d’une éventuelle caisse de résonance potentiellement très puissante en fonction des reprises médiatiques de tous ordres (presse, blogs, réseaux sociaux, etc. ). Ce type de campagne peut également avoir quelques « effets secondaires » sur la cohésion interne au niveau des salariés et des équipes marketing.

La pratique s’est développé et popularisée auprès des marques avec l’avènement d’Internet, car celui-ci leur permet de prendre facilement la parole sur les réseaux sociaux et facilite la viralité. Cependant, la pratique était déjà utilisée depuis longtemps. Ainsi, une des plus grande réussite mondiale dans le domaine fut probablement l’annonce faite le 1 Avril 1996 par la société de restauration rapide Taco Bell de son intention de racheter l’emblématique Liberty Bell à Philadelphie, joyau du patrimoine historique américain. On a estimé à l’époque la valeur médiatique des retombées presse à plus de 25 millions de $ (Wikipedia).

La pratique du poisson d’avril à des fins marketing ou publicitaires n’est cependant pas exempte de risques. Le premier des risques est un risque d’échec lié à la banalisation de la pratique et à l’incertitude liée au succès de l’idée créative. Le deuxième risque est lié à d’éventuels détournements de la campagne ou au fait que la fausse nouvelle puisse parfois être prise pour argent comptant et provoquer des réactions ou comportements inattendus.

Quelques exemples récents de campagnes marketing liées au poisson d’avril :

Un cas de campagne avec une bonne couverture presse et à priori un bon engagement du public :



L’utilisation du principe du produit fictif :



Un classique par Burger King :



 

Les lunettes de réalité réelle de Google :



 

Il fallait oser :



Une idée simple d’H&M qui lance le pack collection Mark Zuckerberg :

Marketing poisson d'avril

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn