Définition : Commerce équitable

Le commerce équitable regroupe à l’origine l’ensemble des activités de commerce international qui visent à assurer une plus grande équité aux fournisseurs des « pays du sud ». Dans ce cadre, le commerce équitable a pour vocation de remplacer le rapport de domination commerciale habituel Nord / Sud par de réels partenariats entre producteurs du « Sud » et importateurs / distributeurs du « Nord ».

Si le critère initial et le plus connu du commerce équitable est d’assurer un « juste prix » aux fournisseurs « défavorisés », d’autres critères entrent en jeu pour la définition de ce qu’est le commerce équitable, notamment des critères relatifs aux conditions de travail et au respect de l’environnement.

Les 3 principes à respecter pour ne utilisation légale du terme de commerce équitable sont :

1 / Un engagement entre les parties au contrat sur une durée qui ne peut être inférieure à trois ans
2 / Le paiement par l’acheteur d’un prix rémunérateur pour les travailleurs, établi sur la base des coûts de production et d’une négociation équilibrée entre les parties au contrat
3 / L’octroi par l’acheteur d’un montant supplémentaire obligatoire destiné aux projets collectifs, en complément du prix d’achat ou intégré dans le prix, visant à renforcer les capacités et l’autonomisation des travailleurs et de leur organisation

Pour sa part le WFTO (World Fair Trade Organization) prône 10 principes qui sont :
– La création d’opportunités pour les producteurs économiquement désavantagés.
– Transparence des pratiques tout au long de la chaîne d’approvisionnement.
– Des pratiques commerciales respectueuses, voire privilégiées (acomptes de paiement).
– La pratique d’un prix d’achat juste.
– L’interdiction du travail des enfants et du travail forcé.
– Le respect de la non discrimination et du droit d’association syndicale.
– Le respect de condition de travail décente.
– Le fait de favoriser le développement économique des producteurs.
– Le fait de promouvoir et d’informer sur le commerce équitable.
– Le respect de l’environnement.

La place réservée à l’objectif de profit dans les initiatives de commerce équitable est très variable et dépend des projets. Celui-ci peut être absent dans le cadre de projets associatifs, mais également très présent dans des logiques purement commerciales. Le caractère équitable des différentes activités peut également être variable.

Avant que le commerce équitable Nord-Sud soit légalement reconnu et défini par une loin de 2004. les activités et produits du commerce équitable avaient le plus souvent recours à la labellisation pour attester de leur caractère équitable, . Le label le plus connu dans le domaine du commerce équitable est incontestablement le label Max Havelaar pionnier en la matière.

Une nouvelle forme de commerce équitable a fait sont apparition avec ce qu’on appelle le commerce équitable Nord / Nord pour lequel a été également créé une charte et dont la reconnaissance légale a été faite par la Loi Hamon de 2014.

 

Une présentation intéressante sur les enjeux et évolutions du commerce équitable :



 

L’exemple du commerce équitable dans le commerce du cacao :



 
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn